L’avenir appartient aux polyglottes!

De nombreuses pédagogies favorisent l’apprentissage d’une seconde langue dès le plus jeune âge. Pour Maria Montessori, créatrice de la pédagogie du même nom, cela permet de donner à l’enfant des clés pour réussir dans sa vie d’adulte. Maîtriser une langue étrangère offre en effet de multiples occasions de rencontres, de voyages et d’opportunités professionnelles, quels que soient les domaines.

Favoriser l’apprentissage d’une seconde langue

Dans cette optique, la pédagogie Montessori s’appuie sur une méthode conversationnelle mêlant jeux, images et chansons afin de développer l’habileté linguistique chez les jeunes enfants tout en préservant une dimension de plaisir.

L’âge idéal pour apprendre une langue étrangère se situerait entre 3 et 6 ans. C’est à cette période que le cerveau serait le plus réceptif et le plus modelable. L’enfant agissant beaucoup par mimétisme, cela favoriserait grandement l’apprentissage d’une seconde langue.

À cet âge-là, on considère souvent que les enfants sont de véritables « éponges » : ils se nourrissent de tout ce qui les entourent et leur capacité d’assimilation est particulièrement élevée. Certains appellent ce phénomène le « bilinguisme précoce ». L’initiation au plus tôt à une langue étrangère serait en effet synonyme de nombreux bénéfices.

Apprendre dans une autre langue

Dans notre école il ne s’agit pas tant d' »apprendre une autre langue », que d’ « apprendre », de façon générale, dans une autre langue que sa langue maternelle.

Le matériel (notamment sensoriel) et des activités sont proposés aux enfants dans deux langues différentes le plus souvent possible.

L’apprentissage se base sur des techniques ludiques et orales (imagiers, jeux, comptines…) pour éveiller la curiosité de l’enfant et maintenir toute son attention.

En leur offrant la possibilité de pratiquer couramment une deuxième langue, la pédagogie Montessori donne aux enfants des avantages considérables :

  • Ouverture d’esprit sur le monde
  • Renforcement de l’agilité cérébrale (capacité de tenir une conversation dans une autre langue que la sienne, de comprendre des films ou des dessins animés en version originale)
  • Contrairement à ce que certains disent depuis longtemps le bilinguisme  a un effet positif sur l’intelligence. Les études montrent (Lambert)  un net avantage pour les enfants bilingues,  ce que les chercheurs ont expliqué par la plus grande flexibilité cognitive des enfants qui ont l’habitude de passer d’un système de symboles à un autre.  C’est une sorte de gymnastique pour le cerveau qui augmenterait ainsi son rendement.
  • Découverte de cultures différentes.
  • Les enfants bilingues ont une possibilité de raisonnement abstrait plus grande qui est indépendante des mots, ce qui leur donne un avantage dans la construction de concepts et la résolution de problèmes abstraits.
  • Le bilinguisme est un cadeau de vie aux enfants. Non seulement ils deviennent bilingues et également biculturels, mais c’est un cadeau qui doit être préparé et présenté avec soin car l’acquisition complète d’une langue est une entreprise de longue haleine et demande un engagement certain de la part des enseignants et des parents également.  C’est un travail d’équipe.

Se relier aux autres et au monde, valoriser sa culture, véhiculer et échanger des idées… Qu’il s’agisse de la sphère privée ou professionnelle, l’apprentissage des langues étrangères est devenu indispensable pour élargir ses horizons. Ce sont toutes ces raisons qui ont convaincu Maria Montessori d’intégrer cette dimension au cœur de sa pédagogie en prenant toujours en compte l’importance des périodes sensibles de l’enfant.

 

 

 

Sources: www.fle.fr; www.nouqa.org

Sources images: sdm.benevolat-competences.org; www.la-croix.com; e-orthophonie.fr; langues-et-landes.fr; frenchmorning.com; www.courrierinternational.com